Ces chères caricatures…

Des défauts, des mauvaises habitudes… on en a tous! Mais allez savoir pourquoi, lors d’une course à pied il y a quelques comportements qui ont le don de nous gaver! Petites caricatures des individus que l’on ne croise que lorsque l’on fait de la course à pied!

Le mendiant.
A peine arrivés sur la ligne de départ, nous l’avons croisé. Le type qui n’a pas anticipé qu’il allait courir, ni même pensé qu’il allait devoir accrocher un dossard. Il mendie à chaque passant, une petite épingle à nourrice. C’est parfois le pote qui te promet de te les rendre. Et que tu ne revois plus jamais. On retrouve parfois ce coureur en cours de route, qui nous mendie un peu d’eau car il a aussi oublié sa gourde.

Le géant indélicat.
Les runneuses de petite taille le reconnaîtront. C’est le type géant, qui se colle pile devant toi dans l’attente du départ. Nous sommes tous sérrés, on se tient chaud. On se serre. Mais lui il reste à l’aise en toute occasion, les mains fiérement posées sur les hanches. Le coude bien en face de ton visage. Et vient le moment où il se retourne et manque de te décoller les incisives…

La fille qui te lache un gros molard.
Celle là me surprendra toujours. Car elle est impromptue, elle semble délicate et coquette sous sa panoplie assortie. Mais c’est bien elle qui va soudainement faire sortir de sa bouche un molusque visqueux géantissime qui terminera sa course sur tes baskets. Fllllop, comme ça, juste pour le fun. Je me demande toujours d’où peut provenir une telle chose, et quelle est la satisfaction ressentie à ce moment précis.

Le boeuf / Le type au bout de sa vie
C’est celui que tu entends arriver 3 minutes à l’avance. Il arrive souvent au moment où tu es toi même contre toi. Dans la douleur, dans la soutenance. Et tu l’entends arriver de loin, puis il se rapproche , il se rapproche, il se rapproche…
Souffle court. Respiration acharnée. Il s’éssouffle. Il transpire. Il claque ses pieds. Il suinte.
Tu ne sais pas comment, mais il court. Et te dépasse parfois. Tu as envie de lui dire de faire moins de bruit, de lui demander si tout va bien, mais tu as aussi envie de rire.

Le champion olympique.
Le type qui va tout déchirer et qui le dit à tout le monde. Ce type là, lorsqu’il arrive sur la ligne de départ d’un 10km, il joue sa vie. Mieux, sa réputation. C’est LA star. All eyes on him. Alors, on le voit arriver de loin avec ses boosters , ses lunettes et son camelbak. Il est généralement entouré d’une bande de potes avec qui il fait la course. Il parle fort pour faire savoir que le patron ici c’est lui et qu’il va tous nous piler!
C’est aussi celui que l’on retrouve sur la ligne d’arrivée en train de déballer la liste des excuses qui ont ralenti son allure de course. Honte à ceux qui auront attenté à sa « lamentable » performance ( selon ses propres mots)!

Le pisseur.
On le croise à partir du 3ème kilomètre, peut importe la distance. Pour celles qui courent le marathon de Paris dans quelques jours, vous en trouverez un specimen a chaque arbre du Bois de Vincennes! C’est le type qui a du être un chien dans une autre vie, incapable de ne pas lever la patte pour marquer son territoire. Bon il parait que c’est aussi un problème de prostate, mais ça… Bref il m’amuse et c’est à celui ci, que je crie joyeusement « Jette là, elle fuit » dès que le coeur m’en dit!

Les comères.
Le petit groupe de copines qui s’accrochent un dossard pour le plaisir de venir bavarder sur 10km en faisant du sport. Tout le mérite est pour elle. En général ce ne sont pas les plus embêtantes . Mais quand il faut dépasser leur troupeau en début de course sur une chaussée étroite, c’est tout autre chose! Car on y va pépére, du coup on crée un mini bouchon, qui te permet de te tenir informé de l’actualité de la femme de Jean Ed et des amours de Marie Laurette. C’est peut être moi et les copines du groupe #parismarathongirls aussi! 🙂

L’anti flaque, que je nomme aussi « frein à main ».
Sans transition. Elle fait souvent partie du groupe de copines, et elle n’est pas venue courir pour dégueulasser sa tenue. Alors à la moindre flaque d’eau sur son chemin… ELLE PILE NET! Conséquence, bouchon, arrêt d’urgence dérrière elle… ET GARE aux malencontrueuses mains qui la toucherait accidentellement à cette occasion! Elle criera à l’attouchement, au « gros connard » aussi, ce qui lui fera un bon sujet de discussion pour finir sa course! (Vécu et pas approuvé)

La miss monde.

Ma préférée. Elle est venue draguer. Et courir. Mais d’abord séduire. Elle a sorti le tee shirt décolleté et n’a pas oublié de se maquiller avant de partir. Elle passe pour une extraterrestre sur la ligne de départ, mais les yeux rivés sur elle, elle adore, surtout si c’est le champion olympique (décrit ci dessus) qui la regarde. Elle se donne à fond et termine souvent sa course suffoquante au poste de secours.

Le dégueulasse
Celui là c’est le plus salopard. Trail, course nature, il sait se vanter de faire les plus belles courses. Par contre il est incapable de garder des tubes de gels vides avec lui et les balance allégrement dans les fossés, champs… partout mais surtout pas dans les poubelles.

Le gourmand / Le vieux du ravitaillement
Celui là aussi je l’adore. Il court, il aime courir. Mais il aime avant tout bouffer! Alors c’est arret à chaque ravito. Arrêt net bien sur, peu importe qui arrive derrière lui. Avant tout il se restaure. Il goûte à tout, prend le temps de faire ripaille. La perf il s’en tape. On a qu’une vie et il faut savoir profiter de chaque plaisir.
Quant au vieux du ravitaillement, Raymond, c’est souvent le vétéran qui participe à la randonnée , et qui profite du ravitaillement à l’arrivée pour en mettre plein ses poches. Parfois même, sa gourmandise le pousse à aller direct au ravito sans passer par la case effort! Il vient accompagné de sa « Gueguette » pour avoir double ration. « Vite il y a des gateaux! »

Et vous, quels sont les caricatures qui vous amusent en course à pied?

Publicités

4 commentaires sur « Ces chères caricatures… »

  1. Tu as oublié celui que j appellerai le « gros branleur »…qui fait le marathon…en métro !!! Puce à la chaussure !! Il passe les tapis de contrôle et entre deux…c est métro mes p’tites dames !!! Et lorsqu’on lui demande ce qu’ il fait la il répond fièrement qu’ il a est blessé à l entraînement et qu’ il vient encourager les copains !!! En réalité il vient sans aucun scrupule chercher sa médaille qu’ il arborera fièrement lundi matin au boulot !!! C est du vécu.. et il y en a plus qu’ on ne le croit

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s