Poids important: Dry Martini Chimes In – Footing

Bienvenue dans la semaine de Weighty Matters: une série de sites Web et de podcasts consacrée aux problèmes liés au poids qui ont surgi dans la foule de #motherrunner et semblent avoir résonné. Aujourd'hui, la chroniqueuse Adrienne Martini intervient.

Courir a été à la fois le meilleur moyen de gérer mes insécurités face à mon poids et le pire. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent du temps, je ne me concentre pas sur ce à quoi je ressemble. Je suis enfin parvenu à la paix avec le corps dans lequel je suis de plus en plus honoré d’être. Le 1% restant est un travail en cours.

Bien sûr, mon corps a ses bizarreries. Mon système immunitaire trouve que le pollen de printemps est un affront qu'il ne supportera pas tranquillement. Mon bas du dos et ma vessie, même s'ils ne l'étaient pas tous avant les deux bébés, travaillent assez bien pour éviter d'aller voir un professionnel de la santé. Dernièrement, mon système digestif a été un peu irritable mais, je veux dire, ne sommes-nous pas tous parfois? Tous les inconvénients actuels de mon corps ont plus à voir avec son fonctionnement et moins avec son apparence.

Cela pourrait être une fonction de l'âge. J’en ai trouvé un où des amis et des membres de la famille, ainsi que des amis qui sont essentiellement de la famille, ont un corps qui se défait activement. Il y a eu tellement de types de cancer, d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques dans mon cercle ces derniers temps. Mon corps fonctionne est assez impressionnant en comparaison. Pour le moment, en tout cas.

Mon corps peut aussi me transporter sur des kilomètres et des kilomètres, rien de plus compliqué qu'une paire de chaussures décente, un soutien-gorge, de l'eau et quelques calories. C'est un miracle, non? Et un qui devrait être plus que suffisant pour n'importe quelle femme.

Et encore.

Malgré le fait que je courais un dang marathon, je pense toujours que mon abdomen est énorme sur cette image. Les cerveaux sont des secousses.

J'étais un enfant super maigre jusqu'à ce que je frappe mes années à deux chiffres. Il y avait beaucoup de choses au début des années 80, à commencer par le divorce de mes parents (ce qui, franchement, était le meilleur choix qu’ils auraient pu faire à long terme), la puberté et le changement d’école et, vous le savez, grandir. La nourriture était mon amie. Ma friandise préférée après l'école consistait à m'asseoir avec une boîte de céréales sucrées, un bol et un carton de lait et à manger jusqu'à ce que je commence à me sentir assez bien pour faire mes devoirs.

(Il ya beaucoup de choses à déballer ici. Sachez que j’ai participé à de nombreuses séances de thérapie. Les glucides simples ne se substituent pas à l’estime de soi et ne guérissent pas la dépression. Je suis aussi choqué.)

L'été entre le lycée et le collège, je pesais 200 livres. Histoire vraie: J'étais une fois sortie dîner où j'essayais d'impressionner un garçon sur lequel j'avais le béguin. J'ai laissé tomber un couvert, je me suis plié sous la table pour le ramasser et j'ai fendu la couture intérieure de la jambe de mon pantalon. C’est difficile de maintenir votre attrait.

J'ai perdu du poids en commençant à l'université. Il s'avère que changer de décor et avoir un peu de liberté était un bon régime pour moi. Mon poids a fluctué depuis, mais je n'ai jamais atteint ce point culminant du secondaire. Pourtant, dans ma tête, j’ai toujours été la version de plus de 200 livres de moi-même.

J'aime poser pour des photos à des expositions; Je déteste les regarder après.

C’est là que je suis censé dire «jusqu’à ce que je commence à courir». Ce serait, au mieux, une demi-vérité. Bien que la course ait prouvé que mon corps est fort et capable (et m'a aidé à maintenir mon poids dans une plage recommandée par la médecine), passer du temps autour des coureurs peut être un facteur déclencheur. Un coup d'œil à Shalane ou à Deena ou, au diable, SBS et Dimity ramène tous ceux qui se sentent trop grands pour être dignes de succès et d'amour.

Notre cerveau aime la mise à niveau, je veux dire par là, nous avons tendance à nous comparer à ceux qui nous entourent pour comprendre comment nous nous en sortons par rapport au reste du monde. Lorsque je suis à l'épicerie ou à l'aéroport, j'ai l'impression de ressembler à tout le monde, même si je suis un peu plus endormi. Mais quand je suis à une expo avant une course, je me sens comme l’homme de guimauve Stay-Puft, c’est exactement le degré de confiance que vous voulez avant une course.

On me fixe le haut du bras de la taille d’une cuisse de coureuse rapide. Que mes pieds cessent de bouger avant mes seins. Et que le bruit de mes chaussures heurtant le sol est puissant. Étant donné le nombre d'années passées à croire que j'ai pris trop de place, abandonner ces comparaisons est difficile. Ce sillon a été bien porté dans mon cerveau.

Ce qui ne veut pas dire que je ne m'améliore pas. Un sens plus fin de la perspective est un avantage de l'âge et de l'expérience. Mon corps est juste ça: le mien. C’est génial, tout compte fait, malgré des années et des années de médias et mon propre esprit me disant que cela ne valait rien. Même si j’ai des moments où je laisse la comparaison (le voleur de joie) relever son esprit toxique, j’ai fait des progrès importants, un pas à la fois. Pas vers la perfection, parce que ce n’est pas une chose, mais vers la facilité avec tout de moi.

On peut sprinter partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tous les niveaux ) , les prix n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand on veut , matin , , selon son emploi du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour finir, on perd des kcal , et ça , nous , on kiffe bien ! n​  » /> On peut cavaler partout , en métropole , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tous les niveaux ) , les prix n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand on veut , matin , soir , selon son stage du temps . n> On peut débuter la course à pied adulte . n> pour finir, on perd des kcal , et ça , nous , on adore bien ! n​  » /> Avant , on joggait : on enfilait un bas de survêt rose pâle avec n’importe quelle paire de baskets et on trottinait une fois tous les trente six du mois , croyant faire de l’exercice . Mais exit le jogging , place à la course à pied ! Sport à part intégrale , qui compte de plus en plus d’adeptes . Aujourd’hui , tout le monde s’y met . Et l’engouement pour des courses comme Odyssea ou même le marathon , atteste de la réussite du running . n5 de bons motifs pour courirnn> On peut sprinter partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tout le monde ) , les prix n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , soir , selon son emploi du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour finir, on perd des calories , et ça , nous , on adore bien ! n Le course motivennnIl fait froid , il pleut , il fait bouillant , vous n’avez pas assez dormi , etc . Toutes les raisons sont . . . mauvaises pour ne pas aller cavaler . Afin de vous  » démouler  » du sofa , coach de urban course , vous procure trois motivations pour débuter la course à pied : nn C’est une activité simple , accessible et permettant des retombées rapides pour se remettre en forme .

Poids important: Dry Martini Chimes In – Footing
4.9 (98%) 32 votes