Caster Semenya perd son appel contre l'IAAF – Women's Running – Footing

Caster Semenya perd son appel contre l'IAAF – Women's Running
 – Footing

La médaillée d’or olympique Caster Semenya s’est battue contre la politique du sport qui visait à réduire le niveau de testostérone chez les femmes de façon naturelle pour pouvoir rivaliser.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé mercredi que les athlètes féminines comme Caster Semenya, qui présentent des niveaux élevés de testostérone naturelle, devront supprimer ces niveaux pour pouvoir participer à des épreuves sur piste spécifiques allant de 400 mètres à un mille.

Le CAS est une institution basée à Lausanne, en Suisse, qui résout les différends juridiques dans le sport par le biais d'arbitrages. La décision a été prise par un panel de trois juges, par 2 voix contre une, qui ont délibéré pendant deux mois après une audience de cinq jours à Lausanne.

Cette décision est une défaite pour Semenya, 28 ans, qui représente l’Afrique du Sud et qui est champion olympique et mondial au 800 mètres. Elle souffre d'hyperandrogénie qui produit des taux élevés de testostérone naturelle. Elle a interjeté appel de la nouvelle règle annoncée il y a un an contre l'IAAF (Association internationale des fédérations d'athlétisme) visant à empêcher les femmes présentant un taux de testostérone égal ou supérieur à cinq nanomoles par litre (nmol / L) de mètres, obstacles de 400 mètres, 800 mètres, 1500 mètres et un mile – distances les recherches de l'IAAF ont montré un avantage de performance pour les athlètes avec «différences de développement sexuel» (DSD).

"Je sais que les règlements de l'IAAF m'ont toujours spécifiquement visé", a déclaré Semenya dans un communiqué, selon l'agence Associated Press. «Pendant une décennie, l'IAAF a essayé de me ralentir, mais cela m'a en fait rendu plus fort. La décision de la SAE ne me retiendra pas. Je vais encore une fois grimper et continuer à inspirer les jeunes femmes et athlètes en Afrique du Sud et dans le monde entier. "

En vertu de la règle, les athlètes DSD devront réduire leurs taux de testostérone au-dessous de cinq nmol / L par un traitement médicamenteux ou chirurgical afin d'éliminer les testicules internes (susceptibles de produire de la testostérone), avant de participer au 400 mètres parcouru par un mile. La cour a toutefois déclaré que les recherches de l’IAAF n’étayaient pas la thèse selon laquelle les femmes DSD bénéficiaient d’un avantage injuste dans les 1500 mètres ou mille et que ces distances devaient être reconsidérées dans la politique.

Dans un communiqué écrit mercredi, l'IAAF s'est dite "reconnaissante" envers la SCS et "satisfaite" du soutien de "l'objectif légitime de préserver l'intégrité de l'athlétisme féminin dans les épreuves restreintes".

La testostérone produit de la masse musculaire et contribue à la vitesse et à l'endurance. Les femmes qui dépassent ce niveau devront réduire médicalement leur testostérone pendant une période de six mois avant de participer aux épreuves restreintes et maintenir les niveaux inférieurs par la suite. D’autres options consistent à abandonner l’éligibilité ou à choisir différents événements.

LIRE AUSSI :   course à pied usa et footing le matin - Copy

Les niveaux hormonaux de Semenya ne sont pas connus publiquement, bien que sa testostérone dépasse le seuil de la nouvelle règle. Son équipe juridique a fait valoir que la politique est discriminatoire et que l’avantage génétique des athlètes DSD n’est pas différent de celui des autres atouts, tels que la taille d’un joueur de basket-ball ou l’envergure d’un nageur.

«Son cas concerne les droits de femmes telles que Mme Semenya, qui sont nées en tant que femmes, ont été éduquées et socialisées en tant que femmes, qui ont été légalement reconnues comme des femmes pour toute leur vie, qui ont toujours concouru en tant que femmes et qui devraient l'être. autorisé à concourir dans la catégorie des femmes sans discrimination », ont déclaré ses avocats dans un communiqué publié en février.

L’IAAF a toutefois affirmé que les athlètes féminines DSD jouissaient d’un avantage injuste.

«Les règles révisées ne concernent pas la triche – aucun athlète avec DSD n’a triché – il s’agit de niveler le terrain de jeu pour assurer une compétition juste et significative», a déclaré Sebastian Coe, président de l’IAAF, dans un communiqué publié en avril 2018.

La SCS a déclaré que les politiques n'enfreignaient pas les droits des athlètes.

"La majorité des membres du groupe ont conclu que, sur la base des éléments de preuve présentés par les parties, une telle discrimination était un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné pour atteindre l'objectif de l'IAAF consistant à préserver l'intégrité de l'athlétisme féminin dans les épreuves restreintes", a déclaré le président. la déclaration publiée par le tribunal.

🤷‍♂️ pic.twitter.com/FHmm10npfx

– Roulette Semenya (@ caster800m) 1 mai 2019

Seule Francine Niyonsaba, de Burundi, a déclaré publiquement à la chaîne olympique qu’elle était dans le même état que Semenya et qu’elle considérait la nouvelle règle comme discriminatoire. Niyonsaba, médaillée d'argent aux 800 mètres aux Jeux olympiques et aux championnats du monde, est membre du Oregon Track Club, basé à Eugene, en Oregon.

«Je n’ai pas choisi de naître comme ça. Que suis je? Je suis créé par Dieu, dit-elle. "…Je m'aime. Je serai toujours Francine. Je ne changerai pas."

En réponse à cette décision, Madeleine Pape, une ancienne concurrente australienne du 800 mètres qui est maintenant candidate au doctorat en sociologie à l'Université du Wisconsin, a écrit dans le journal The Guardian qu'étudier la question depuis qu'elle s'était opposée à Semenya lors de l'édition 2009 Les championnats du monde de Berlin ont considérablement changé son point de vue – elle a qualifié la décision de la CAS de "mauvaise".

«En tant que sociologue, je suis immergée dans ce problème depuis plusieurs années, interrogeant des parties prenantes d'élite du monde entier, notamment des athlètes, des entraîneurs, des officiels, des gérants, des responsables et du personnel des médias», a écrit Pape. «Dans leurs témoignages, j’ai vu de nombreux échos de mon expérience à Berlin: un manque étonnant d’informations, une absence de points de vue différents, une crainte de l’inconnu, la faiblesse des instances dirigeantes des instances dirigeantes nationales et internationales et un refus obstiné de approfondir et réfléchir de manière critique sur la provenance de leurs points de vue et les biais qui pourraient les sous-tendre. "

LIRE AUSSI :   à quoi sert la course à pied marathon jo

D'autres, cependant, ont exprimé leur inquiétude quant au fait que, sans restrictions, cela pourrait signaler "la mort du sport féminin", a déclaré Paula Radcliffe, détentrice du record du monde de marathon, la semaine dernière lors d'un entretien avec Sky News, ajoutant que les agents pourraient commencer à recruter activement les femmes atteintes d'hyperandrogénie à concurrencer.

«Est-ce que cela ouvrira la porte aux athlètes transgenres en mesure de dire:« Vous savez quoi, nous n'avons pas besoin d'abaisser notre taux de (testostérone), nous n'avons pas besoin d'être opérés, nous pouvons simplement Identifiez ce que nous ressentons et pouvons participer au sport féminin? », a déclaré Radcliffe.

Pour être clair, le cas de Semenya ne portait pas sur les transgenres, mais il a été suivi de près par d’autres sports et pourrait changer la structure de la compétition à l’avenir. La BBC demande: Pourrait-on créer une catégorie «ouverte», où hommes et femmes se font concurrence? Ou une division «protégée», basée sur les niveaux d'hormones au lieu du sexe?

La question et la décision historique restent chargées d'émotion pour toutes les personnes impliquées. Dans un article publié dans Time en avril, lorsque Semenya figurait sur la liste des plus influents du magazine en 2019, Edwin Moses, double champion olympique au 400 mètres haies, écrivait que Semenya «nous a appris que le sexe n'est pas toujours binaire. , et nous a amenés à nous interroger sur la justesse de répartir les avantages sociétaux selon les classifications «masculine» et «féminine» ».

Moïse a poursuivi: «En fin de compte, cette question difficile à traiter est une question politique à résoudre pour le sport. Mais quelle que soit la question abordée, Semenya aura déjà apporté une contribution historique singulière à notre compréhension du sexe biologique. ”

Semenya a participé à une nouvelle distance le 25 avril aux championnats d'Afrique du Sud, se disputant le 5000 m qu'elle a remporté en 16: 05,97.

On peut courir partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tous les niveaux ) , les tarifs n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , , selon son boulot du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour finir, on perd des kcal , et ça , nous , on préfère bien ! n​  » /> On peut courir partout , en métropole , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tous les niveaux ) , les coûts n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de chaussures , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , , selon son cdi du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour finir, on perd des calories , et ça , nous , on kiffe bien ! n​  » /> Avant , on joggait : on enfilait un bas de survêt rose pâle avec n’importe quelle paire de baskets et on trottinait une fois tous les trente six du mois , croyant faire de l’exercice . Mais exit le jogging , place à la running ! Sport à part entière , qui compte de plus en plus d’adeptes . Aujourd’hui , tout le monde s’y met . Et l’engouement pour des courses comme Odyssea ou même le marathon , atteste du succès du course . n5 de bons motifs pour courirnn> On peut sprinter partout , en métropole , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tous les niveaux ) , les coûts n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de chaussures , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , , selon son cdi du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour finir, on perd des kcal , et ça , nous , on kiffe bien ! n Le course motivennnIl fait froid , il pleut , il fait trop chaud , vous n’avez pas assez dormi , etc . Toutes les raisons sont . . . mauvaises pour ne pas aller sprinter . Afin de vous  » démouler  » du fauteuil , coach de urban course , vous offre trois motivations pour débuter la course à pied : nn C’est une activité simple , accessible et permettant des résultats vifs pour se remettre en forme .

LIRE AUSSI :   course à pied sang urine : marathon toulouse parcours - Copy