Avec un «enfer non», Semenya montre du courage dans ce qui pourrait être sa dernière course de 800 mètres – Course à pied pour femme – Trail

Avec un «enfer non», Semenya montre du courage dans ce qui pourrait être sa dernière course de 800 mètres – Course à pied pour femme
 – Trail

La championne olympique a dominé la course de la Diamond League de Doha vendredi, à peine deux jours après avoir perdu un appel à continuer à concourir dans son épreuve sans réduire médicalement son niveau de testostérone.

Vendredi à Doha, Caster Semenya a fait une déclaration avant de prononcer un mot, remportant ainsi sa 30ème course consécutive au 800 mètres avec près de trois secondes. Ce fut une performance dominante lors de la première rencontre de la Diamond League de la saison, montrant de la persévérance après une semaine dramatique pour l'athlète.

"Les actions parlent plus que les mots", a déclaré Semenya aux journalistes après la course, selon le Guardian. «Lorsque vous êtes un grand champion, vous livrez toujours. Aucun homme, ni aucun autre humain, ne peut m'empêcher de courir.

Immense victoire pour @ caster800m au 800m féminin à #DohaDL pic.twitter.com/7lcn3WcrSF

– RunnerSpace.com (@RunnerSpace_com) 3 mai 2019

C’est peut-être la dernière fois que nous voyons Semenya, championne olympique et mondiale d’Afrique du Sud, participer à la course de deux tours qu’elle a remportée en 1: 54,98, un record de la compétition et une meilleure performance mondiale cette saison. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé mercredi que les athlètes féminines comme Semenya, qui présentent des niveaux élevés de testostérone naturelle, devront supprimer ces niveaux avec des médicaments ou une intervention chirurgicale afin de participer aux épreuves sur piste spécifiées, du 400 mètres aux un mile.

La politique sera promulguée à partir du 8 mai par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). L'hyperandrogénie de Semenya produit des taux élevés de testostérone naturelle. Elle avait interjeté appel de la politique de l'IAAF, annoncée il y a un an, qui interdisait aux femmes dont le taux de testostérone était égal ou supérieur à cinq nanomoles par litre (nmol / L) de concurrencer d'autres femmes dans les 400 mètres, les 400 mètres haies, les 800 mètres. , 1 500 mètres et 1 mile – des distances que des recherches sponsorisées par l'IAAF montrent un avantage de performance pour les athlètes avec «différences de développement sexuel» (DSD).

Après la course vendredi, Caster, 28 ans, a répondu «hell no» lorsqu'un journaliste du Daily Mail lui a demandé si elle prendrait des médicaments pour continuer à concourir dans le 800 mètres. Bien que le fait que ses avocats fassent appel de la décision de la CAS ne soit pas encore clair, le Telegraph a déclaré que Semenya ne prévoyait pas de se déplacer au 5 000 mètres non plus, ce qui reste un événement sans restriction pour les femmes.

LIRE AUSSI :   quand reprendre la course à pied après accouchement : footing 45 minutes

"Pour moi, je crois que rien n'est difficile dans la vie parce que c'est à vous de décider comment vous prenez la vie", a déclaré Semenya vendredi. «En tant qu'athlète, je crois en l'esprit sportif et ce que le sport vous enseigne, c'est de continuer à pousser malgré toutes les difficultés. Je sais que la vie peut parfois être difficile, mais je suis un croyant et je crois qu’il existe toujours un moyen de résoudre les problèmes. Une de mes convictions est qu'il y a toujours une issue pour tout. Donc, si un mur est placé devant moi, je le saute. Je vais continuer à profiter de ma vie et à la vivre. Je continuerai à m'entraîner et à courir. Pour moi, l'impossibilité n'est rien. "

La lutte n'est pas terminée: le FSM et @AthleteAlly publient une déclaration commune sur la décision de la CAS de ce matin.

Lire l'intégralité de la déclaration ➡️ https://t.co/aaYwqqqIPIP pic.twitter.com/ilUxiInaow

– Fdn Sports Femmes (@WomensSportsFdn) 1 mai 2019

La cour a déclaré que les recherches de l’IAAF n’étayaient pas la thèse selon laquelle les femmes de DSD bénéficiaient d’un avantage injuste dans les 1500 mètres ou le mile, demandant à l’IAAF de reconsidérer la possibilité d’inclure ces distances dans la politique. Sebastian Coe, président de l'IAAF, a été invité lors d'une conférence de presse jeudi à Doha si l'IAAF envisageait d'abandonner les 1500 mètres et moins de la règle. Il a dit non."

Le TAS a également convenu avec Semenya que la politique était discriminatoire, mais a expliqué dans sa décision partagée 2-1 que «la majorité des membres du groupe spécial ont conclu que, sur la base des preuves présentées par les parties, une telle discrimination était un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné. atteindre l'objectif de l'IAAF de préserver l'intégrité de l'athlétisme féminin dans les épreuves restreintes. "

Semenya n'est pas le seul athlète à participer au 800 mètres susceptible d'être affecté par la règle. Le vendredi à Doha, Francine Niyonsaba, du Burundi, a terminé deuxième en 1: 57,75. En avril, elle a déclaré à la chaîne olympique qu'elle était dans la même situation. Niyonsaba, membre du Oregon Track Club à Eugene, dans l'Oregon, est un médaillé d'argent aux championnats olympiques et mondiaux du 800 mètres.

LIRE AUSSI :   Compte rendu du Marathon de Paris: Les hauts et les bas des courses internationales - Running

Suite à la décision du TAS cette semaine, beaucoup ont exprimé leur admiration pour Semenya, vantant sa force et sa grâce face à une critique et à un examen approfondis. Eleanor Fulton, qui a récemment dirigé les championnats du monde de cross-country pour l'équipe américaine, a par exemple tweeté que son point de vue sur la question avait évolué.

"Il n’ya aucun gain dans cette situation, mais Caster n’a jamais eu le choix quant à sa composition biologique, ce qui est important", a écrit Fulton. «Le sport est fantastique, mais est-il utile de priver les gens de leur dignité et de leur humanité?

Elle a poursuivi: «Il existe un paradigme dans le sport de gagner équitablement. Une victoire sur un lanceur médicalement manipulé est-elle une victoire réelle?

On peut courir partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tout le monde ) , les coûts n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de chaussures , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand on veut , matin , , selon son stage du temps . n> On peut commencer la course à pied adulte . n> pour finir, on perd des calories , et ça , nous , on kiffe bien ! n​  » /> On peut sprinter partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tout le monde ) , les coûts n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand on veut , matin , soir , selon son travail du temps . n> On peut commencer la course à pied adulte . n> pour terminer, on perd des calories , et ça , nous , on aime bien ! n​  » /> Avant , on joggait : on enfilait un bas de survêt rose pâle avec n’importe quelle paire de tennis et on trottinait une fois tous les 36 du mois , croyant faire de l’exercice . Mais exit le jogging , place à la running ! Sport à part totale , qui compte de plus en plus d’adeptes . Aujourd’hui , tout le monde s’y met . Et l’engouement pour des courses comme Odyssea ou même le marathon , atteste du succès du running . n5 de bons motifs pour courirnn> On peut courir partout , en métropole , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( non fermé à tous les niveaux ) , les coûts n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , , selon son stage du temps . n> On peut débuter la course à pied adulte . n> pour terminer, on perd des kcal , et ça , nous , on préfère bien ! n Le course motivennnIl fait froid , il pleut , il fait pas assez tiède , vous n’avez pas assez dormi , etc . Toutes les raisons sont . . . mauvaises pour ne pas aller courir . Afin de vous  » démouler  » du sofa , coach de urban running , vous procure trois motivations pour débuter la running : nn C’est une activité simple , accessible et permettant des résultats vifs pour se remettre en forme .

LIRE AUSSI :   1st Sub-6 in YEARS + Le complot de ma soeur contre moi. - Footing