En bas mais pas dehors par Maggie Georgopoulos – Footing

En bas mais pas dehors par Maggie Georgopoulos
 – Footing

J'étais allongé sur le sol de A & E.

Si vous souhaitez vous faire soigner rapidement, c’est une tactique qui fonctionnera bien. Pour moi, ce n’était pas une tactique. Début septembre 2017, j'avais ce que je considérerais comme un jour ouvrable normal. Je me suis levé pour entretenir mes e-mails et les médias sociaux, j'ai eu deux réunions, fait deux podcasts et écrit un article ou deux. Au milieu de ma journée de travail pour m'assurer que je prenais soin de moi, je suis allé à un cours d'équilibre corporel. Au moment où je me suis couché cette nuit-là, tôt pour moi, j'avais très mal. Mon dos me faisait mal, je luttais pour me coordonner les membres et j'avais une migraine.

24 heures plus tard, j'étais allongé sur le sol de A & E. J'avais tellement mal que le court trajet de notre appartement à l’hôpital signifiait que je ne pouvais même pas rester assise à attendre, j’avais besoin de me coucher pour essayer de résoudre certains problèmes. A ce stade, je ne pouvais plus dire quand je devais aller aux toilettes. J'avais perdu le contrôle de mes intestins et de ma vessie.

Maintenant que j'ai les belles images en réserve, je vais expliquer pourquoi ce mois-ci, je fais une course de cinq kilomètres dans le cadre de Swimathon afin de recueillir des fonds pour deux organismes de bienfaisance.

C'est pouvoir montrer que je peux toujours faire quelque chose que j'avais l'habitude de faire.

J'ai toujours été nageur. En tant qu'Australien, j'ai eu la chance de grandir dans un climat chaud pendant au moins neuf mois de l'année. Je viens de Melbourne et l'hiver existe donc. La seule chose que ma mère a imposée à mon père trop protecteur, c’est que j’apprenne à nager. J'étais bon à ça. J'ai les rubans et les médailles de mes années d'école primaire et secondaire à montrer pour cela. Je l'ai aimé.

En tant qu'enfant australien qui a eu la chance de grandir alors qu'il était encore acceptable d'être jeté à la porte à l'aube pour monter et descendre dans la rue avec vos amis sans surveillance, j'ai grandi avec un amour pour être actif. J'ai participé à des épreuves de cross-country et même à peu d'athlétisme jusqu'à l'âge de 16 ans. Tendu à être meilleur à 1500m ou plus, c'était un égaliseur pour mon rythme plus lent.

En janvier 1999, tout allait changer. J'étais dans un accident de voiture. Forcé de quitter une route de campagne mouillée à 100 km / h (un peu plus de 60 km / h pour ceux qui n’ont pas la métrique) par un conducteur qui a ensuite continué. Je suis coincé dans la voiture pendant plus d'une heure, la tête en bas, soutenant tout mon poids à travers mes bras pour empêcher mon cou de claquer.

LIRE AUSSI :   course à pied zurich ou marathon 2h - Copy

Au cours de la première année suivant l'accident, j'avais des migraines tous les jours, terminant souvent la journée à l'aveugle de mon œil gauche. Je laissais constamment tomber des objets parce que les messages adressés à mon bras gauche ne provenaient pas toujours de mon cerveau. À la fin de la journée, mis à part les migraines, c'était encore beaucoup pour moi. Il leur a fallu un an pour déterminer que mes disques C4 / C5 dans mon dos étaient endommagés, ce qui provoquait une migraine en raison de la «nervosité» des nerfs. Il faudrait encore deux ans avant qu’ils cessent d’être quotidiens et deux autres années avant que je n’aie le droit de nager à nouveau.

En 2016, j'ai commencé à courir. Une partie de la raison est que mon partenaire court, alors c'était quelque chose que nous pouvions faire ensemble. Bien qu’à 6 pieds 4 pouces, il est amusant de le regarder faire semblant de courir alors que je suis au même rythme que moi. Il a renoncé à faire semblant et a marché après que je me suis presque effondré en riant un jour. L'autre raison est que j'ai toujours voulu faire un triathlon (nous nous inquiétons du fait que je n'ai jamais appris à faire du vélo plus tard, enfant).

Pour la première année, il a couru tous les événements dans lesquels je suis entré. J'ai aussi fait deux demi-marathons cette année-là. De n'avoir pas fait plus que les cinq kilomètres obligatoires dans les tests de condition physique de l'armée à un demi-marathon, j'étais content de moi. Mon partenaire a enregistré pour lui-même les temps les plus lents sur toutes ces distances. C'est un vrai chéri!

Même eu un moment où je devais l’empêcher de s’en prendre à quelqu'un qui m’avait traité de «gros ralentisseur à l’arrière». Je lui ai dit que c'était leur problème, pas le mien.

Tandis que je courais davantage, de plus en plus de problèmes liés à cet accident ont commencé à apparaître. J'ai des dommages dans ma région thoracique. Cela a été détecté après une course d'entraînement de 15 km. Trois heures plus tard, j'ai été hospitalisé avec des symptômes de crise cardiaque.

Pendant des années, je me suis plaint de douleurs à la hanche et ma jambe gauche s'est effondrée sur moi à des moments aléatoires. Celui-ci s'est révélé le mieux au semi-marathon du Loch Rannoch, le premier que je courais sans mon partenaire à mes côtés depuis le début (il a couru le marathon complet), lorsque, à 200 mètres de l'arrivée, mes deux jambes ont cessé de fonctionner. C'était le premier des très gros panneaux.

Je devais m'effondrer plusieurs fois avant d'arriver à l'hôpital ce jour-là, car mes jambes ont cessé de fonctionner. Pourtant, on me disait que tout allait bien, chaque fois que je consultais un médecin.

LIRE AUSSI :   course à pied 10 km bordeaux pour marathon italie

Puis, un an plus tard, une semaine seulement après avoir nagé 500 mètres dans le Loch Lomond le samedi et un 10 km à Aberdeen le dimanche, j'étais allongé sur le sol dans un A & E.

Depuis lors, j'ai réussi une course de cinq kilomètres, trois pour être exact, dans la chaleur d'un été australien. Dès mon retour au Royaume-Uni, j'ai découvert que je ne pouvais pas courir tout le chemin. En fait, la détérioration continue a conduit à 500 m de course à pied, ce qui fait que je ne peux plus du tout sentir mes jambes…

Par conséquent, même si je suis un fier membre du mouvement Too Fat to Run, je ne cours pas pour le moment, mais je nage quand même.

Cela peut sembler un peu fou de nager cinq kilomètres, mais c’est parce que je le peux toujours. Cela fait mal tout le chemin et je perds souvent un jour ou deux après avoir lutté pour rester assis ou marcher pendant un long moment, mais cela me rappelle que je suis toujours en vie et que je peux encore marcher et que je ne suis pas dans une roue. chaise. Cela pourrait arriver un jour et je le traiterai si cela se produit.

Jusque-là, je viens ici.

Un jour, je pourrai faire mon deuxième triathlon. Un jour, je vais courir à nouveau. Cela fait partie de la raison pour laquelle je fais toujours partie de Julies Clubhouse et pourquoi je suis vraiment le Guide de la course à pied Fat Girls (et de la marche par moments).

______________________________________________________________________________

Maggie Georgopoulos est une merveilleuse partisane du mouvement Too Fat to Run, mais elle est également une conférencière inspirante et estimée, une coach et une experte en santé mentale.

Ce serait formidable si vous pouviez soutenir Maggie et tous ceux comme elle qui ne laisseront aucune petite chose les empêcher de faire ce qu’ils aiment. Elle collecte des fonds pour Cancer Research UK et Marie Curie Cancer Care. Vous pouvez aider en faisant un don: https://www.justgiving.com/fundraising/MaggieSwimming2019

On peut sprinter partout , en métropole , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tout le monde ) , les tarifs n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de souliers , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , , selon son boulot du temps . n> On peut débuter la course à pied adulte . n> pour finir, on perd des calories , et ça , nous , on préfère bien ! n​  » /> On peut sprinter partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tous les niveaux ) , les prix n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de chaussures , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand on veut , matin , soir , selon son cdi du temps . n> On peut commencer la running adulte . n> pour finir, on perd des calories , et ça , nous , on aime bien ! n​  » /> Avant , on joggait : on enfilait un bas de survêt couleur roese pâle avec n’importe quelle paire de baskets et on trottinait une fois tous les trente six du mois , croyant faire de l’exercice . Mais exit le jogging , place à la running ! Sport à part entière , qui compte de plus en plus d’adeptes . Aujourd’hui , tout le monde s’y met . Et l’engouement pour des courses comme Odyssea ou même le marathon , atteste de la réussite du running . n5 de justifications pour courirnn> On peut cavaler partout , en ville , dans la nature , ou sur un tapis en salle . n> Cela ne coûte pas cher . Même si l’on pratique en club ( ouvert à tout le monde ) , les prix n’ont rien à voir avec ceux d’une salle de gym . Il suffit d’une bonne paire de chaussures , et hop , on y va , toute seule comme une grande . n> On court dehors , ça fait du bien , et quand nous voulons , matin , soir , selon son boulot du temps . n> On peut débuter la running adulte . n> pour terminer, on perd des calories , et ça , nous , on kiffe bien ! n Le running motivennnIl fait froid , il pleut , il fait pas assez tiède , vous n’avez pas assez dormi , etc . Toutes les raisons sont . . . mauvaises pour ne pas aller sprinter . Afin de vous  » démouler  » du fauteuil , coach de urban course , vous donne trois motivations pour commencer la running : nn C’est un sport simple , accessible et permettant des retombées élevées pour se remettre en forme .

LIRE AUSSI :   course à pied janvier 2018 et marathon 12 semaines - Copy